Blog Finance | 19 mars 2020

SERIE : ETI : Les questions à se poser pour une 1ère consolidation : 3 / 4

ETI : Les questions fondamentales pour une 1ère consolidation ?

 Comment gérer les impacts, les divergences de comptabilisation d’une première consolidation ?

Une première consolidation transformera profondément la fonction finance de l’entreprise. Tour d’horizon des impacts et conséquences de celle-ci.

La mise en place d’une première consolidation a un impact important sur le système d’information de la fonction Finance d’un groupe et peut permettre une réorganisation optimale. Compte tenu de la quantité d’informations à consolider mais aussi de retraitements auxquels procéder, l’utilisation d’Excel atteindra rapidement les limites, tant d’un point de vue perte de temps que d’un point de vue sécurité.

Pour l’utilisation d’un logiciel de consolidation au détriment de Excel pour la production des comptes consolidés, il faut être informé de la masse d’informations importantes et variées pour l’établissement des comptes consolidés. L’utilisation d’un simple tableur devient rapidement difficile, notamment lors du second exercice.

Pour l’intégration des balances sociales, il s’agit de maitriser de formats multiples d’import particulièrement dans le cas de périmètres avec des sociétés étrangères et la maitrise de tables de correspondances entre le plan de comptes de filiales et le plan de comptes de consolidation.

Pour le recensement et réconciliation des données intragroupes, cette étape peut devenir problématique en termes de temps. Il faut donc l’anticiper en mettant en place des comptes dédiés au niveau de chaque filiale.

 

Comment gérer les divergences de comptabilisation et d’évaluation des différents éléments du bilan entre les normes locales et le référentiel de consolidation ?

Une analyse des règles d’évaluation et méthodes comptables pertinentes retenues pour l’établissement des comptes consolidés au niveau du groupe doit être réalisée et donner lieu à la réalisation d’un book de consolidation.

Ce book est ensuite utilisé pour le passage des écritures de passage des comptes sociaux aux comptes sociaux retraités. Ces retraitements peuvent porter sur : l’harmonisation des méthodes d’évaluation (exemple : des amortissements), mais également sur l’application des méthodes préférentielles liées au règlement CRC 99-02 (exemple : comptabilisation des biens acquis par un contrat de crédit-bail ; provisionnement des engagements de retraite) ou les méthodes obligatoires du référentiel IFRS (exemple : traitement des immeubles de placement).

C’est cette analyse détaillée des règles d’évaluation et méthodes comptables va permettre la rédaction du book de consolidation :

Mettre en place une liasse de consolidation complète doit comprendre l’ensemble des données quantitatives de base comme le bilan (en soldes et flux) et le compte de résultat ainsi qu’un nombre significatif d’informations quantitatives et qualitatives annexes qui vont permettre au service de consolidation le passage d’écritures de consolidation (ex : marge en cas de cession de stocks, informations sur la formation du résultat fiscal pour l’établissement de la preuve de l’impôt, etc…). Enfin, le book de consolidation permettra de construire les notes annexes.

Comment convertir les états financiers des filiales étrangères ?

La présence de filiales étrangères dans le périmètre de consolidation entraine aussi la conversion des états financiers de ces entités dans la devise de consolidation.

Dans chacun des règlements deux méthodes sont imposées aux groupes en fonction de critère précis.

  • Méthode du taux de clôture pour les entités autonomes
  • Méthode du taux historique pour les entités non autonomes et dont la devise locale est différente de la devise de fonctionnement

Le point d’attention doit particulièrement porter sur les filiales concernées par la méthode de conversion du taux historique. Celle-ci demande un suivi très spécifique des éléments non monétaires qui doivent être convertis à leur taux historique.

Vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à nous contacter.